FAQ

Pourquoi une boutique ?
En complément de notre activité principale – l’impression photo et fine art – il nous a semblé pertinent de proposer, via une boutique en ligne, des images destinées à la décoration et de mettre les moyens techniques et l’expertise d’Inpixya au service d’œuvres du patrimoine.
D'où viennent les images proposées ?
Nous avons fait le choix de ne proposer que des images du domaine public… Nous aurions pu utiliser des images « libres de droits » issues de banques d’images mais le modèle économique de ces banques d’images pose question et, en droit français, la notion de libre de droit est plus que limitée.

A coté d’œuvres archi-connues, les réserves des musées, les collections privées et les bibliothèques regorgent de trésors, trésors que nous avons décidé de mettre en valeur.

Chaque fois que nous la connaissons, nous indiquons la source de l’œuvre.

Comment est faite la sélection des images proposées ?
Nous utilisons des banques d’images spécialisées, les collections que certains musées, collectionneurs ou bibliothèque ont choisi de mettre à disposition…

Et nous retenons, parmi la multitude d’œuvres disponibles, celles qui nous paraissent intéressantes, dans l’air du temps et dont la qualité de numérisation est adaptée à nos besoins.

Pourquoi certains descriptifs renvoient à une page sur l'artiste, d'autres pas ?
Nous avons sélectionné des œuvres, une œuvre est aussi le reflet de l’artiste qui l’a créée.

Nous avons la volonté d’avoir, sur notre site, une page disant l’essentiel des artistes dont nous proposons les reproductions d’œuvres. Dans un premier temps, nous renvoyons vers la page en français de Wikipedia quand elle existe… Et quand la page n’existe pas en français, nous avons préféré ne pas renvoyer vers une page dans une autre langue ou vers un autre site.

Les visuels proposés à la vente dans la boutique sont-ils retouchés ?
Quelque soit leur origine, les images issues des banques d’images ne sont pas forcément utilisables comme tel.

Il peut être nécessaire de revoir leur géométrie – correction de déformations dues à la reproduction –, de reprendre leur chromie et d’ajuster les niveaux – une reproduction techniquement bonne donne nécessairement une image terne – et de nettoyer les petits défauts – taches de rouille sur les vieux papier, petits défauts de numérisation.

Il peut y avoir sur les originaux des cachets d’origine – collection, musée, numéro d’inventaire, etc –, ces marquages ne sont jamais retouchés. Il peut y avoir aussi des annotations, des transferts de cachet ou autres qui sont, eux, toujours retouchés.

Dans tous les cas, ces retouches et traitements sont propriété d’Inpixya et il n’est pas possible d’obtenir le fichier retouché.

Pourquoi ne trouve-t-on pas d'images des collections nationales ?
Peux de musées français se sont engagés dans la mise à disposition d’images numérisées d’œuvres du domaine public et les droits de reproduction demandés sont incompatibles avec notre mode de fonctionnement – ce qui ne veut pas dire que nous n’acceptons pas de payer des droits de reproduction – ; certaines licences d’utilisation permettent la production de produits dérivés – tasses et produits  textiles – mais pas de reproductions imprimées comme les posters ou les cartes.
Où en est le développement de la boutique et de sa gamme de produits ?
Lancée en cachette début mars, la boutique est sortie de la phase de développement début juillet – mais elle était pleinement fonctionnelle depuis la mi-mai – et l’enrichissement du catalogue continue à un rythme un peu moins soutenu.

Reste à venir une prise en compte automatisée et fiable des contraintes d’expédition pour proposer le bon prestataire au bon prix.

Même si ce n’est pas la priorité des priorités, nous cherchons des alternatives aux cookies et technologies similaires indispensables au fonctionnement de la boutique.

Certaines images ont des marges blanches et d'autres pas, pourquoi ?
Dans la boutique, nous nous sommes volontairement limité aux formats standards des cadres – formats carrés, formats de papier normalisés ISO 216 (dont les formats A4 21 × 29,7 cm et A3 29,7 × 42 cm) et formats photographiques au ration 3/2 (qui correspond aussi au ratio du format paysage des châssis français).

Les œuvres dont nous diffusons des reproductions par le biais de notre boutique ne sont pas forcément homothétiques à ces formats, nous avons donc dû procéder, très exceptionnellement, à des recadrages mineurs ou, plus souvent, à l’ajout de marges blanches autour de l’œuvre.

Nous testons actuellement la possibilité de proposer, en plus de ces formats, les formats 24 × 30 cm, 30 × 40 cm, 40 × 50 cm, 50 × 60 cm et 60 × 80 cm. Ces formats complémentaires, non homothétiques aux formats normalisés ISO 216 et aux formats photo au ratio 3/2, nous permettent de proposer des reproductions d’œuvres sans marges ou avec des marges moins importantes.

Nous pouvons produire des impressions de tous formats dans la limite de ce que permettent nos équipements et nos supports. Pour obtenir une impression avec marge quand il n’y en a pas ou une impression dans un format autre, homothétique au format de l’œuvre originale ou pas, il suffit de l’indiquer dans les instructions particulières.

La boutique propose un choix limité de supports et formats, y-a-t-il d'autres possibilités ?
Nous avons fait le choix de ne proposer dans notre boutique que des  impression pigmentaires sur supports de qualité. 

Ces supports sont :

      • un papier couché épais économique ;
      • un papier photographique plastifié (RC) – satiné par défaut mais, pour les images qui s’y prêtent, nous proposons également la version brillante de ce papier ;
      • un papier fine art économique ;
      • 4 papiers de type baryté et fine art.

Les papiers baryté et fine art que nous proposons répondent à la norme de conservation ISO 9706.

Pour les œuvres sur toile – il y en a quelques unes dans les  œuvres que nous avons au catalogue –, nous proposerons sous peu des impressions sur toiles montées sur châssis bois ou prêtes à monter, il est possible dès maintenant de le demander dans les instructions particulières

Bien évidemment, même s’il n’est pas possible de commander directement ces produits via la boutique, il est parfaitement possible d’obtenir des tirages des œuvres proposées dans la boutique dans d’autres dimensions, sur tous les supports et avec les technologies utilisées par Inpixya, que ce soit en impression numérique laser ou en tirage sur supports photographiques avec des encres à base de colorants. Le plus simple pour cela est de préparer un panier en précisant votre demande dans les instructions particulières.

Est-il possible d'avoir des images contrecollées, encadrées ou avec une des finitions proposées par Inpixya ?
Nous ne faisons pas de travaux d’encadrement. Pour le reste – contrecollage, plastification et pelliculage – il suffit de préciser votre demande dans les instructions particulières.

Un point d’attention :  jusqu’au format 30 × 45, nous livrons les tirages et impressions à plat… et en tube au delà.

Il est possible de livrer en point de retrait des tirages à plat – contrecollé sur support rigide – jusqu’au format 60 × 90 cm. Les modalités sont différentes suivant le réseau retenu…

Est-il possible de voir le produit fini dans vos ateliers ?
Les impression sont réalisées à la demande et nous n’avons pas de stock. Il est donc impossible, en vous rendant dans nos ateliers, de voir le produit fini.

Acheter un tirage grand format en ligne n’est pas toujours simple… Nous avons travaillé à la réalisation d’un catalogue papier mais, sous sa forme actuelle, nous n’en ferons pas d’édition papier. Sa version électronique qui sera téléchargeable ici. Il est également possible d’obtenir des échantillons, imprimés ou non, des papiers que nous proposons.

Le retrait des commandes est possible dans nos ateliers – tout comme la demande de renseignements et d’échantillons –, la prise de rendez-vous est indispensable.

A quoi servent les cookies et autres technologies similaires utilisées par la boutique ?
Pour le site Inpixya.fr, nous faisons le maximum pour n’utiliser ni cookies ni technologies similaires… il n’est pas possible de faire de même avec la boutique : la gestion du panier, l’historique de navigation – qui vous permet de retrouver les derniers articles que vous avez regardé –, la possibilité de laisser un avis sur les articles vus ou commandés – en bloquant, tant qu’à faire, les spams – nécessitent de telles technologies.

Ces « cookies et cie » – que nous n’aimons pas mais, là, il n’y a pas le choix – nous donnent des statistiques un peu plus fines que le suivi de base : nous voyons d’où viennent nos visiteurs et les pages, articles de blog et produits vus.